consultant_risk_management_avera_surete_securite_b
image_11

Sécurité
Sûreté

Notre Expertise

Évaluation des Risques en matière de Sécurité et Sûreté

Nous réalisons une évaluation des risques liés à la sécurité et à la sureté de l’entreprise et vous accompagnons dans la mise en œuvre de plans d’actions.

Sécurité ?

Les risques en matière de sécurité est la probabilité que des personnels subissent des dommages physiques, sur leur santé ou de nature psychologique. Ces notions peuvent également s’appliquer à des situations où il y a une perte de biens ou d’équipement ou des effets nocifs pour l’environnement.

À titre d’exemple, ces facteurs de risques dit « professionnels » peuvent être liés à des contraintes physiques marquées, postures pénibles, environnement physique agressif, agents chimiques dangereux, températures extrêmes, bruits, certains rythmes de travail, travail de nuit…etc.

Sûreté ?

Les risques en matière de sureté est la probabilité que l’entreprise elle-même subisse des actes de malveillances volontaires qui ont pour finalité le profit ou l’intention de nuire.

À titre d’exemple, ces facteurs de risques peuvent être liés à l’atteinte aux personnes physiques (salariés, collaborateurs, intervenants externes…etc.) et/ou aux biens (intrusions, vols, dégradations diverses, malveillance informatiques…etc.)

La responsabilité de l’employeur engagée ?

En tant qu’employeur, assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés est une obligation légale (article L4121-1 et L4161-1 du Code du travail). Il doit mettre en œuvre les mesures pour éviter les risques, évaluer les risques qui ne peuvent être évités, combattre les risques à la source, adapter le travail à l’homme, tenir compte de l’état d’évolution de la technique, remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas, planifier les actions de préventions,  prendre des mesures de protection collective…etc.

En cas de non-respect de ces obligations, sa responsabilité civile et/ou pénale peut être engagée. 

UN PEU DE DROIT

Si le Code du Travail est la principale source de législation en la matière, l’obligation de sécurité ne s’entend plus seulement comme une obligation pour l’employeur de garantir la sécurité physique des salariés (accidents du travail et maladies professionnelles)., elle s’est élargie et inclue aujourd’hui la protection de tous les risques auxquels un collaborateur pourrait être exposé du fait de ses missions.

De plus, la jurisprudence va plus loin en imposant une véritable obligation de résultat, c’est-à-dire en étendant à tous les aspects permettant d’assurer la bonne santé physique et mentale des salariés les obligations mises en place à l’origine dans le cadre de l’exposition aux maladies professionnelles, au premier titre desquelles l’amiante.

Ainsi, l’employeur étant tenu d’atteindre un résultat, en cas de mise en danger du salarié ou de défaut de sécurité, l’employeur sera présumé de plein droit responsable. Il ne pourra s’exonérer de sa responsabilité qu’en démontrant un cas de force majeure ou, à défaut, le fait que le collaborateur ait lui-même concouru à la production de son dommage.

METHODOLOGIE

Quelle est notre méthode ?

Nous vous accompagnons dans l’évaluation et la gestion des risques en matière de sécurité et de sureté au sein de votre entreprise et préconisons la mise en œuvre de plans d’actions.

AUDIT

PRÉCONISATIONS / PLAN D'ACTIONS

ACCOMPAGNEMENT

L’audit sécurité-sureté, une obligation de l’employeur

L’audit sécurité consiste en une inspection approfondie du lieu de travail en vue d’identifier -entre autres- les éléments, situations et procédés qui peuvent causer un préjudice, en particulier aux salariés de l’entreprise.

L’audit sureté consiste en une inspection approfondie de l’environnement de l’entreprise et de son système informatique en vue d’identifier les failles permettant des actes de malveillances pouvant atteindre le cœur même de l’entreprise.

Risques Sécurité / Sûreté - Plan d'actions et préconisations - AVERA
Risques Sécurité / Sûreté - Plan d'actions et préconisations - AVERA

Un plan d’actions dans le but de protéger l’entreprise et d’exonérer la responsabilité du dirigeant

À partir du diagnostic réalisé et la mise en évidence des risques identifiés, il conviendra d’élaborer le plan d’actions en donnant la priorité aux risques majeurs tels que l’atteinte aux personnes pour la section sécurité et l’atteinte au cœur de l’entreprise pour la section sureté.

Un accompagnement technique et humain nécessaire

La mise en œuvre de moyens techniques (vidéosurveillance, surveillance électronique, protection du système d’information…etc.) nécessite l’intervention d’experts en la matière.

Les consultants et experts d’Avera disposent de partenaires spécialisés dans ces domaines tant pour les petites et moyennes entreprise que pour les grandes entreprises.

Risques Sécurité sûreté - accompagnement technique et humain - Avera
F.A.Q

FOIRE AUX QUESTIONS

Voici une listes des questions les plus fréquemments posées.  Nous vous apportons des éléments de réponses.

Pourquoi faire réaliser un audit social ?

L’audit social, par une procédure d’observation, d’analyse et d’évaluation, va permettre d’identifier les points forts et les pratiques à risque de la gestion des ressources humaines et de mesurer le climat social de l’entreprise.

Un  plan d’actions sera établit afin de permettre à terme d’engager des axes d’amélioration, lesquels auront un impact direct sur l’implication des salariés, leur motivation et donc leur performance individuelle et collective.

Quand faire un audit social ?

L’audit social peut être réalisé à tout moment pour déterminer la situation sociale de l’entreprise afin d’anticiper d’éventuels conflits sociaux ou, lorsque la situation se détériore d’un point de vue social.

Il peut aussi être réalisé dans le cadre de transmission d’entreprise (succession, vente, fusion, transformation du fonds, mise en société) afin d’avoir une vision d’ensemble de l’entreprise reprise (en terme de coût et de climat social).

Pourquoi faire appel à un cabinet exterieur ?

L’audit social  peut être effectué par des auditeurs internes à l’entreprise, mais, en règle générale, il est réalisé par des cabinets de conseil extérieurs, ce qui permet une évaluation plus impartiale.

Le recul et le regard objectif d’un auditeur indépendant sur le fonctionnement interne de l’entreprise seront en effet gages d’efficacité. 

Qu'est-ce que l'écoute active ?

L’écoute active est une technique de communication qui consiste à utiliser le questionnement et la reformulation afin de s’assurer que l’on a compris au mieux le message de son interlocuteur et de le lui démontrer.

Cette technique a été développée par le psychologue américain Carl Rogers, initiateur des techniques non-directives. Cette approche se caractérise par la manifestation d’un respect et une confiance chaleureuse envers l’interlocuteur, pour qu’il brise ses défenses et s’exprime librement. Selon ce dernier, quelle que soit la technique que l’on utilise, elle ne sert à rien si « l’écoutant » ne met pas en place une attitude mêlée d’authenticité et de compréhension, sans chercher à interpréter et/ou juger.

Que dois-je faire face un cas de harcèlement ?

Informé de faits potentiels de harcèlement, en tant qu’employeur, il est de votre devoir de protéger vos salariés et donc de réagir en déclenchant une enquête interne.

Celle-ci doit être objective et contradictoire et, la ou les personnes à qui l’enquête est confiée, doivent être neutres, impartiales et émotionnellement éloignées de la situation (intérêt d’un cabinet de conseil extérieur).

Cette enquête va vous permettre dans un premier temps de mieux comprendre la situation, puis dans un deuxième temps de vous appuyer sur des éléments concrets avant toutes sanctions.

Quel fait est considéré comme harcèlement moral ?

Le harcèlement moral peut être présent sous des formes variées : insultes, reproches répétés, brimades, critiques, mise au placard, intimidations, humiliations ou encore sévices. Il n’existe aucune liste limitative de faits caractérisant le harcèlement moral.

L’article L1152-1 du Code du travail définit le harcèlement moral de la manière suivante : "Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique et mentale ou de compromettre son avenir professionnel".

L’article 222-33-2 du Code pénal précise que « le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés, ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni de 2 ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende ».

Avera - Risk Management Expertise Consulting

Consulting en gestion des risques

Identifier et analyser les risques internes et externes auxquels les entreprises
peuvent être confrontées et proposer un plan d’actions pour y faire face.

Nos ARTICLES

Actualité et cas pratiques